PRÉPAREZ VOUS A VOYAGER AU CŒUR DE L'HISTOIRE

Spectacle 2015




Afin de relater les 30 ans de l'ACPG GRAULHET SPECTACLE HISTORIQUE,
le spectacle son et lumière 2015 a repris des scènes emblématiques données entre les années 1985 et 2014.

Lever de rideau 
"Attention, Mesdames et Messieurs..."
(lancement du spectacle, les acteurs/figurants présentent la chanson de Michel Fugain et du Big Bazar)

1ère partie 

Rome
Retour d'Afrique d'une légion romaine avec ses soldats, animaux sauvages et esclaves.
La troupe est accueillie par la population et une course de chars est proposé à la foule.
(Près de Graulhet sur le territoire de la commune de Busque à seulement quelques kilomètres du site du spectacle,
des fouilles ont permis de révéler la présence de fermes datant de l'époque romaine).


Moyen-Age et Simon de Montfort, la Croisade des Albigeois
Près de Graulhet,  à Lavaur, Simon de Montfort, chevalier croisé livre
sur les ordres du Pape Innocent III bataille contre les Cathares.
C'est la Croisade des Albigeois avec son cortège de massacres et de buchers.

Renaissance
Sous la gouvernance de la famille des Amboise d'Aubijoux, grâce à la culture du Pastel, la ville de Graulhet s'épanouit.
Dans son château graulhétois de Crins, Louis d'Amboise d'Aubijoux donne une fête (danse et artifices) et
accueille son ancien page, enfant de Graulhet, Salomon de la Broue, devenu écuyer du Duc d'Epernon et écuyer ordinaire de la Grande Ecurie du Roi, initiateur de l'équitation moderne.
Il présente un numéro de haute école ramené d'Italie de la célèbre école de Giambatista Pignatelli.

XVIIIème et Révolution
Le siècle des Lumières est évoqué. A Graulhet, Molière et sa troupe sont accueillis par la famille d'Amboise d'Aubijoux.
Alors que les nobles jouent et dansent, au fil des années le trop plein de misère et de pauvreté font gronder le peuple
qui fini par se révolter. C'est la Révolution et la chute de la monarchie.
Les canons tonnent et les aristrocrates ont droit à goûter à  l'invention du Docteur Guillotin.

Entr'acte

2ème partie

Goya et Scène Espagnole
En 1808, au cours de la guerre d'Espagne, l'empereur Napoléon 1er fait fusillier des Espagnols qui se sont révoltés contre la présence des soldats français. Francisco Goya (dont la ville de Castres à 30 kilomètres de Graulhet accueille un grand nombre d'oeuvres) peint en 1813 le tableau "Los tres de Mayo" en hommage à ces courageux résistants.
La scène représente cet épisode suivi, tempérament espagnol aidant, d'une parade-corrida avec exhibition équestre.

1900 et la Grande Guerre
Les premières années du XXème siècle sont celles de l'insouciance.
La Vie Parisienne n'est pas seulement vécue à Paris, mais aussi à Graulhet. Mais après l'assassinat de Jean Jaurès (natif de Castres et député du Tarn à l'Assemblée Nationale) la guerre ne tarde pas à éclater et les soldats du sud de la France sont envoyés dès le début du conflit en première ligne.
Un industriel graulhétois, Marius Chabbal, envoie aux enfants du pays, des manteaux en peaux de mouton
afin qu'ils se protègent du froid. 
En retour, en signe de remerciement, un soldat graulhétois en permission ramène du fort de Vaux un pin qui est planté dans le parc du château de la Rigaudié, demeure de la famille Chabbal.
Aujourd'hui encore, ce pin est visible dans le parc du château.

Années 30 et 39-45
Après l'effroyable conflit qui a secoué le monde, la paix retrouvée, est venu le temps où la vie s'écoule lentement dans les campagnes, au rythme des saisons. Mais la folie d'un homme précipite à nouveau le monde dans l'horreur et la guerre.
En 1944, de jeunes graulhétois membres du maquis local partent pour libérer la ville d'Albi.
Ils ne reviendront pas tous de ce combat et 7 jeunes graulhétois tombent sous les balles des occupants nazis.
Malgré tout, l'heure de la Libération arrive et la joie l'emporte sur l'amertume et la tristesse.

Les hippies sur le Larzac et... les gendarmes...
Dans les années 60, quelques graulhétois sont allés soutenir les paysans du Larzac dans leur bataille contre l'Etat.
Ils voulaient simplement vivre libre au pays, sous leur slogan "Vulem vivre al païs"
mais la gendarmerie guette... et n'a pas dit son dernier mot... 
(évocation du célèbre gendarme de Saint Tropez)

Final
Tous les acteurs/figurants, intervenants et techniciens se retrouvent sur l'ère scénique pour le final sur la chanson
"Let's the sun shine in".


Copyright ACPG 2014-2015. Francis AURIOL